Accueil > DEBATS > Les Gaz de Schiste

Les Gaz de Schiste

lundi 28 avril 2014, par françoise

Il y a actuellement en France un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste.

L’Académie des Sciences a publié en Janvier 2013 un rapport sur "La recherche scientifique face aux défis de l’énergie", qui déplorait que "des décisions aient été prises hâtivement sans que le dossier soit véritablement instruit" et recommandait de "reprendre le dossier des gaz de schistes". Elle a donc organisé mardi 26 février une conférence-débat sur ce sujet à l’Institut de France (rappel : l’Institut de France abrite la fondation Ecologie d’Avenir créée par Claude Allègre). Ce débat était animé par Vincent Courtillot entouré de : Robert Mair, un des auteurs du rapport anglais de la Royal Society favorable à l’exploitation du gaz de schiste en suivant certaines règles environnementales, Bruno Courme, directeur général de Total Gas Shale Europe, ou Mark Zoback, un physicien de Stanford lui aussi favorable au gaz de schiste.

L’Académie des Sciences conclut que « les conséquences potentielles économiques positives sont trop importantes dans la situation économique actuelle pour négliger cette nouvelle ressource »

Cet article sur les gaz non conventionnels, dont les gaz de schiste décrit les techniques d’extraction qui nécessitent toutes des forages nombreux et rapprochés (chaque puit a une durée de vie très courte), et les risques de pollution.

PNG - 290.2 ko

Photo aérienne d’un "champ de puits" exploitant des gaz de réservoirs compacts aux USA. (figure extraite de Manicore)

PNG - 83.2 ko

(figure extraite de Manicore)

De plus, le débat de l’Académie des Sciences passe complètement sous silence l’impact climatique de l’exploitation de ces ressources fossiles et l’absolue nécessité de réduire collectivement la consommation d’énergie.

PNG - 57.1 ko

Si tel est l’avis de la communauté scientifique et de la société, s’il n’y a que quelques associations militantes pour s’inquiéter de la perspective d’exploiter les gaz de schistes, il est légitime que la France fasse le choix de reprendre les études sur l’exploitation de ces ressources, au détriment d’études sur la décarbonisation de l’économie. Mais est-ce l’avis de la communauté scientifique ?

Aux Etats-Unis, la question se pose différemment : L’exploitation du gaz de schiste ne souffre pas de "l’inadéquation de notre Code Minier" (Bruno Courme, Total, participant au débat de l’Académie des Sciences) qui interdit l’intéressement du propriétaire à l’exploitation des ressources contenus sous son terrain. On voit donc un rapprochement entre les universités et les compagnies : les forages sur les campus augmentent les ressources financières des universités sur fond de coupes budgétaires de l’éducation publique et de rapprochements troubles entre l’industrie et les chercheurs

Je relaie ci-dessous des articles de tous bords sur le sujet.

Françoise Roques

27 mars 2013 :
Matthieu Auzanneau replace l’avenir des gaz de schiste dans le sens de l’Histoire

29 mars 2013 :
Le débat sur la transition énergétique : vous pouvez répéter la question ? : l’actualité sur les énergies non conventionnelles par Matthieu Auzanneau avec, comme toujours, des affirmations argumentées, chiffrées et référencés.

22 avril 2013 :
Une analyse quantitative sur la pertinence d’aller chercher les gaz de schiste en France dont voici l’introduction est la conclusion :

Une corne d’abondance : voilà ce que le mode de vie quotidien est devenu par la magie du triptyque pétrole - gaz - charbon. Certes il faudrait en consommer de moins en moins pour le climat, et certes la France leur doit 70 milliards de déficit commercial en 2011, mais, quand même, nous sommes assez peu pressés de faire sans. Du coup, il suffit que l’éventualité d’une disponibilité en gaz - dits de schiste - se fasse jour chez nous pour que nombre d’acteurs économiques réclament leur exploitation le plus vite possible. Pas question de rater ce trésor national !
...............
l’Hexagone consomme 50 milliards de m3 de gaz par an, et d’éventuels gaz de schiste pourraient peut-être en fournir 5 à 10 par an, d’ici 10 à 15 ans, au prix d’un "trou" tous les 1 à 2 km dans les zones d’exploitation. Pour gagner 10 milliards de m3 de gaz par an en France, il y a bien plus simple ! Nous utilisons 30 milliards de m3 chaque année pour le chauffage, alors que l’industrie c’est "juste" 16. Remplacer le chauffage au gaz par des pompes à chaleur (fabriquées chez nous), alimentées avec de l’électricité nucléaire et hydraulique (fabriquée chez nous), résout trois fois le problème. Et ca serait moins intéressant ?

14 mai 2013
La course aux gaz de schiste aux USA se traduit par un effondrement des prix du gaz, le gaspillage du gaz associé au pétrole de schiste, qui est brulé en torchère, tout cela, associé à un effondrement des investissements dans les énergies renouvelables. De plus les prix bas ne couvrent pas les coûts de production. Cet engrenage crée une bulle qui va exploser quand la production va se stabiliser, ce qui ne saurait tarder parce que les puits s’épuisent en quelques années. Pour en savoir plus

11 juin 2013
L’exemple de la Grande Bretagne

12 juin 2013

Les français jugent le gaz de schiste peu compatible avec la transition énergétique

15 juin 2013

Forbes doute de l’avenir du pétrole de schiste aux Etats-Unis Les compagnies ont du investir des sommes énormes. Ces sommes ne seront pas rentabilisées, sauf si l’OPEP baisse sa propre production pour faire montre les prix. Les compagnies commencent à se désengager.

24 juin 2013

Du gaz de schiste dans des puits d’eau potable

10 juillet 2013

On continue de s’interroger : les estimations de réserves de gaz de schiste sont-elles fiables ?

11 juillet 2013

Gaz de schiste, des travaux restent à mener sur la fracturation hydraulique

13 juillet 2013

Quel bilan, à ce jour, des gaz de schiste dans le monde

11 août 2013

Un bilan toxicologique complet des gaz de schiste : des informations à diffuser par fracturation intellectuelle des cerveaux de nos décideurs, avant qu’il ne soit trop tard.

PNG - 139.6 ko

13 août 2013

De l’arsenic dans l’eau, à proximité des sites de fracturation

12 septembre 2013

A la demande du groupe pétrolier Schuepbach, le Conseil Constitutionnel examinera le 24 septembre la compatibilité avec la Constitution de la loi interdisant la fracturation hydraulique
Les compagnies pétrolières sont en embuscade. Si le Conseil Constitutionnel revient sur la loi interdisant la fracturation hydraulique, la réforme du Code Minier pourrait revenir sur la situation actuelle où l’exploitation du sous-sol est une prérogative de l’Etat.

1 octobre 2013

Vers la fin du gaz de schiste ?

25 novembre 2013

Un nouveau rapport de l’académie des sciences : Éléments pour éclairer le débat sur les gaz de schiste qui dit que "c’est compliqué et qu’il faut faire des études". Mais qui ne dit PAS qu’il s’agit d’énergie carbonée et que cela va à l’encontre de l’obligation, vitale pour l’humanité, de réduire nos émissions de GES, et qu’il faut donc laisser les gaz de schiste sous Terre.

28 novembre 2013

Le ministre de l’écologie refuse le permis de recherche à la compagnie américaine Hess-
Oil

8 janvier 2014

Des documents confidentiels sur les dangers des gaz de schiste publiés par le « New York Times »

18 janvier 2014
Fin de l’euphorie dans laquelle baignait la Pologne voici à peine trois ans, lorsque certaines estimations – américaines – sur les ressources potentielles du pays en gaz de schiste avaient laissé entrevoir des perspectives flamboyantes. Après les groupes nord-américains Marathon Oil, Talisman Energy et Exxon Mobil, c’est aujourd’hui au tour de l’italien ENI de s’apprêter à renoncer à explorer les gisements qui lui avaient été attribués.

31 janvier 2014
Les gaz de schiste, des risques bien réels pour la santé

14 avril 2014
La fin de l’euphorie polonaise pour les gaz de schiste : Total jette l’éponge.

16 avril 2014
Dans cet article,un ancien dirigeant de Mobil Oil explique pourquoi il est absolument opposé à l’exploitation du gaz de schiste : L’article complet est tès clair. Voici une des questions :
...
L’électricité est beaucoup produite à partir de charbon aux États-Unis, ressource qui émet énormément de gaz à effet de serre, plus que le gaz. Or l’un des arguments des pro-gaz de schiste est d’affirmer que cette méthode réduit l’impact climatique de la production d’énergie. Que leur répondez-vous ?
Si vous brûlez tout le gaz, vous émettez moins de dioxyde de carbone qu’avec le charbon. Le problème, c’est qu’une grande partie de ce gaz fuit et s’échappe dans l’atmosphère sous forme de méthane, qui est 80 à 100 fois pire, en pouvoir de réchauffement, que le CO2 pendant les vingt ans qui suivent son rejet. Ces fuites sont un gros problème. Et elles rendent en réalité le gaz pire que le charbon. Des études sur les champs de production indiquent un taux de fuite dans l’atmosphère qui peut atteindre 6 %. Sous les rues des grandes villes, les vieux tuyaux qui fournissent le gaz aux logements et aux bâtiments fuient quant à eux de 3 à 5 %. S’y ajoutent les fuites des stations de compression, et celles qui se produisent chaque fois que vous allumez votre gazinière. Or il suffit de 1 à 1,5 % de fuite pour que le recours au gaz soit aussi mauvais que le charbon en matière d’émission de gaz à effet de serre.

Donc, même s’il semble que brûler du gaz soit plus propre que brûler du charbon, c’est faux. On ne le sait que depuis ces dernières années. Je dois dire que cela m’a surpris lorsque je l’ai découvert. Tous les tests réalisés jusqu’ici indiquent que nous avons un très gros problème.
....

27 avril 2014 :
La Révolution des gaz de schiste : Quels impacts aux États-Unis et pour l’UE ?

1 mai 2014 :
Une famille intoxiquée obtient 3 millions de dollars d’indemnités.

22 mai 2014 :
Les estimations de l’Agence Internationale de l’Energie pour les gaz de schiste de Californie, revues à la baisse de 96%.

4 septembre 2014 :
Un article de plus qui pointe le non-sens économique que sont les gaz de schiste, ... sans parler de la pollution irréversible des sites.

21 mars 2015 :

Les Etats-Unis s’attaquent à la régulation de la fracturation hydraulique, avec pour le moment un impact réduit, puisque ces réglements ne concerneront qu les terrains fédéraux. Les terrains privés et ceux appartenant aux Etats, qui représentent 90% des exploitations, ne seront pas concernés.

24 Mars 2017 :

Le gouvernement Trump approuve le projet de pipeline Keystone XL

19 Septembre 2017

La revanche du pétrole de schiste

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL