Accueil > REVUES DE PRESSE > Revue de presse : Février 2015

Revue de presse : Février 2015

vendredi 6 février 2015, par françoise

  • Energie

Comment les grandes compagnies pétrolières font face à la baisse du prix du pétrole. (50$ le baril de 159 l actuellement) ? D’abord par une pression accrue sur les fournisseurs et des efforts demandés aux salariés, ... mais préservation des dividendes, qui sont "un élément sacré chez Shell" pour son PDG. Mais surtout par l’annulation de grands projets de prospection dans des zones à coûts de production élevés (typiquement 90$ le baril pour le gaz de schiste), les sables bitumineux du Canada, les gaz de schistes aux Etats-Unis et en Pologne, les forages en Arctique canadien, la mer du Nord ou l’off-shore très profond.

C’est une excellente nouvelle pour la planète à deux niveaux : aujourd’hui, on préserve des espaces qui auraient été détruits par la prospection et demain, on aura moins de pétrole à brûler. Il faut seulement espérer que, quand il ne restera plus de pétrole à 10$ la baril (coût d’extraction du pétrole en Arabie Saoudite), on aura une économie un peu moins accro au pétrole.

Le changement climatique refroidit les investisseurs. Comme noté dans l’article ci-dessus, la baisse du prix du pétrole fait reculer les campagnes de recherche de nouveaux puits. Mais il y a une autre mauvaise nouvelles pour les grandes compagnies pétrolière, c’est la bulle des fossiles qui est en train de gonfler. Si nous voulons avoir une chance de limiter la hausse des températures à 2° à la fin du siècle, il va falloir NE PAS extraire une grande part des ressources d’énergie fossile encore dans le sol. Il devient donc urgent que les compagnies pétrolières cessent de dépenser des fortunes pour trouver des ressources qu’elles ne pourront pas vendre.

Les industriels se regroupent dans le Centre Hydrocarbures Non Conventionnels (CHNC) pour "informer" sur la fracturation hydraulique en France.

L’Agence Internationale de l’Energie, confiante avec un baril à 73 $ : Depuis 2 décennies avec la minutie d’un métronome, l’AIE manque tous les grands virages stratégiques et ses prédictions ne se réalisent systématiquement pas. Ainsi c’est avec une certaine dose de certitude, que nous pouvons prévoir que le baril ne se contentera pas d’un minuscule 73$ en 2020 et que les prix dépasseront à nouveau les 120$.

Obama oppose son véto à la construction du pipeline Keystone XL destiné à transporter journalièrement 830,000 barils de pétrole de sables bitumineux depuis le Nord du Canada jusqu’au Texas.

Naomi Klein : L’industrie pétrolière souhaite brûler cinq fois plus de pétrole que ce que peut absorber l’atmopshère

  • Climat

Un article de Nature Climate Change prévoit un quasi-doublement de la fréquence des événements La Nina au cours du 21ème siècle. Le dernier épisode de La Nina s’est traduit par une sécheresse extrême aux Etats-Unis et des inondations catastrophiques au Bengladesh et en Chine.

Des milliardaires réclament une société sans carbone dés 2050

Le changement climatique vu par les français : 80 % pensent que ce changement est « dû en grande partie à l’activité humaine » et des solutions existent pour 9 français sur 10.

Quand l’argent des retraites accélère le changement climatique. L’argent que gère le Fonds de réserve des retraites est censé garantir aux générations futures le bénéfice d’une protection sociale. Problème : une partie des excédents de cotisations retraites est investi dans des secteurs très polluants et des entreprises controversées.

Un climatosceptique de renom démasqué : Willie Soon, climatosceptique du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics martèle depuis des années que c’est le Soleil qui serait à l’origine de l’élévation globale des températures et non pas l’activité humaine, comme le prétend l’immense majorité des chercheurs. Il est ainsi l’un des noms que l’on brandit lorsque l’on veut contester le fait que ce serait les émissions de dioxyde de carbone (CO2) qui sont à l’origine du réchauffement climatique. Le problème est que la plupart de ses travaux ont été financés par les industriels du pétrole et du charbon et qu’il a omis de mentionner ces liens. L’astrophysicien a accepté, au cours de la dernière décennie, pas moins de 1,3 million de dollars (1,1 million d’euros), versés par des lobbys industriels.

Un dernier message de Lester Brown : De vastes déserts de poussière se créent en Afrique et en Chine.

Les 12 satellites de la mission américano-japonaise GPM (Global Precipitation Measurement) permettent de suivre l’évolution mondiale des précipitations de pluie et de neige, beaucoup plus difficiles à suivre que les nuages, comme dans cette vidéo spectaculaire des précipitations entre mars et septembre 2014.

  • COP21

Les 74 mesures de la feuille de route 2015 du gouvernement. Peu de choses sur la transition énergétique.

Ségolène Royal lance un plan d’action pour un ministère de l’Écologie exemplaire

  • Biodiversité

« Biodiversité et changement climatique en interaction : créer et vivre d’autres possibles » c’est le titre des 3ème Assises du Vivant qui se tiendront les 9 et 10 février. Il est possible de suivre les débats en direct sur internet en mode streaming

  • Pollution

Les capsules de café : un marché qui explose et des montagnes de déchets.

  • Paradoxe de Fermi

Où Gabriel CHARDIN, Président du Comité des très grandes infrastructures de recherche du CNRS parle du dernier terme de l’équation de Drake et du paradoxe de Fermi

  • A voir

Las Vegas meditation. Ne cherchez ni espoir, ni résistance, il n’y en a pas. « Même le livreur de pizza sait que sa ville n’a aucun avenir.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL