Accueil > REVUES DE PRESSE > Revue de Presse : Mai 2014

Revue de Presse : Mai 2014

jeudi 1er mai 2014, par françoise

Aprés ces 30 mn, une seule solution, changer de comportement.

  • Résilience

Il est temps de réconcilier l’écologie et l’économie, un interview de Gilles Boeuf à l’occasion d’un colloque au Collège de France.

Un immeuble en paille, très bien isolé... et à bilan carbone positif !

Des plantes, accumulatrices de métaux lourds merci qui ? merci la Nature !

Vous avez un peu (même très peu) d’argent de côté ? voila de quoi le dépenser utilement : Babyloan, des micro-prêts

  • Climat

Signes de chaud pour 2014 : El Niño, le Zorro du climat

Ce mois de Mai, la concentration de CO2 dans l’atmosphère passe au-dessus de 400 ppm

Naomi Oreskes a co-écrit avec E. Conway L’effondrement de la civilisation occidentale aux éditions "Les Liens qui Libèrent" : Si rien n’est fait, qu’adviendrait-il de l’humanité et de la planète à l’aube du XXIIème siècle ? Au delà des politiques, ils pointent la responsabilité des journalistes mais aussi des scientifiques : "A fonder leur culture intellectuelle sur un postulat selon lequel il vaut mieux croire quelque chose de faux (erreur de type I) que de ne pas croire à quelque chose de vrai (erreur de type II), "les scientifiques ont "manqué l’opportunité" la plus cruciale de l’humanité.

Réchauffement climatique : des milliers de jeunes américains attaquent leur gouvernement devant les tribunaux

  • Transition énergétique

Un article de Alain Grandjean, qui montre bien que l’économie de marché ne réglera pas la transition énergétique. Les économistes, et d’autres, disent que la raréfaction de l’énergie va faire augmenter les prix et que cet argent permettra de financer la transition énergétique. Mais l’erreur est que le système ne peut pas absorber cette augmentation de prix. Les consommateurs (personnes, entreprises...) n’ont pas les moyens de payer leur énergie (surtout les énergies liquides, essence, fiul, 0oup les transports) plus chère. Ils baissent leur consommation et c’est "la crise". Donc il n’y a pas d’argent pour réduire les besoins (isolation, transports collectifs...). On prospecte des pétroles non conventionnels (plus chers et plus polluants), on transforme du charbon en essence (cher), le prix de l’essence/fuel augmente, la consommation baisse mais pas les besoins, la crise s’amplifie... et le taux de CO2 dans l’atmosphère continue de grimper.
Il y a 5 fois plus d’énergie fossile disponible que ce qui entrainerait une augmentation de plus de plus de 2°C de l’atmosphère et des risques d’évolution incontrolable .
Il faut une politique volontariste de réduction de la consommation, d’isolation des batiments et de transports collectifs.

San Francisco approche du zéro déchet

  • Energie

TAFTA : Selon un document de négociation secret rendu public ce lundi par le Huffington Post, l’Union européenne propose aux États-Unis de libéraliser complètement le marché transatlantique de l’énergie et des matières premières

Les estimations de l’Agence Internationale de l’Energie pour les gaz de schiste de Californie, revues à la baisse de 96%.

Une étude montre que le nucléaire aurait empêché la mort de 1,84 million de personnes.

"Le Deep Decarbonization Pathways Project (DDPP) , lancé par l’Institut du développement durable (Iddri) et le Sustainable development solutions network (créé par l’ONU) en coopération avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE), mobilise 30 institutions dans 15 pays représentant 75% des émissions totales de GES.

Il s’agit de l’Afrique du Sud, Australie, Allemagne, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, France, USA, Inde, Indonésie, Japon, Mexique, Royaume-Uni et Russie. Les chercheurs doivent répondre à la question : à quelles conditions tel ou tel pays peut parvenir, à l’horizon 2050, à plus ou moins 2 tonnes de GES par habitant et par an ?"

  • Alimentation

C’est la révolution agricole aux Etats-Unis : La nouvelle "Farm Bill", loi quinquennale définissant la politique agricole et alimentaire du gouvernement fédéral, soutient les petits producteurs, le bio, la culture de fruits et légumes. Pourquoi ? Parce que les consommateurs le demandent !

Un numéro spécial sur l’alimentation dans Terra Eco entre végétalisme et consommation de viande : Par exemple, cet interview de J. Porcher, sociologue à l’INRA : La question n’est pas de manger moins de viande, mais comment en manger mieux.

  • Musique

Allez, un peu de musique mais on reste dans le mood, "la 2eme loi de la thermodynamique non durable", par MUSE.

  • et enfin :

Les animaux redisent leur totale confiance en l’Homme pour régler ce souci de réchauffement climatique

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL