Accueil > REVUES DE PRESSE > Revue de presse : Mars 2016

Revue de presse : Mars 2016

jeudi 10 mars 2016, par françoise

  • Climat

Dans Nature : La biosphère terrestre, émetteur net de gaz à effet de serre dans l’atmosphère

Un rapport des Nations Unis montre que la faim s’étend à cause de la sécheresse, des inondations et des conflits : 34 pays, dont 27 en Afrique, ont besoin d’aide pour nourrir leur population.

Dans Nature Geoscience, une étude montre que les émissions actuelles de CO2 sont sans précédent depuis l’extinction des dinosaures. Les résultats de cette étude démontrent que le taux actuel de dégagement de carbone dans l’atmosphère est 10 fois plus élevé aujourd’hui que celui que la Terre a connu il y a 66 millions d’années, soit depuis l’extinction des dinosaures.
"La principale conséquence de cette découverte, c’est qu’on n’a aucun équivalent dans l’histoire géologique de l’expérience qui est menée actuellement par l’humanité avec ses rejets massifs de carbone dans l’atmosphère. Il y a 56 millions d’années, certaines espèces vivantes avaient pu s’adapter ou se déplacer. Les mammifères, qui venaient d’hériter de la planète après l’extinction des dinosaures, avaient pu bien tirer leur épingle du jeu. Cette fois, on ne sait pas comment la vie sur Terre va réagir. On prévoit que le changement sera plus rapide. Les chercheurs avancent une prédiction : « le taux d’extinction futur sera probablement plus grand que celui relativement limité observé au moment du PETM. » À ce sujet, observe M. Pinti, les faits sont déjà clairs : « La planète est déjà en train de vivre sa sixième période d’extinction. »

Démographie, énergie, climat, l’équation explosive

  • Energie

Un progrès important dans le photovoltaïque organique

  • Biodiversité

Un communiqué de presse du CNRS : Données inquiétantes sur les sardines et les anchois

L’extinction du manchot royal et la fascination du scientifique

Pour la première fois, une étude globale sur l’utilisation de pesticides montre qu’ils pourraient couter beaucoup plus cher que ce qu’ils rapportent.

Un article de Atmospheric Chemistry and Physics (version révisée publiée le 22 mars), repris par le New York Times montre que les changements climatiques dangereux auront lieu dans quelques dizaines et non de centaines d’années.

L’avis d’un vieux scientifique (généticien) : "Ma seule préoccupation, c’est de savoir si on réussira à faire le virage avant qu’il ne soit trop tard. J’ai encore espoir - un espoir qui repose sur le fait que, scientifiquement, il est difficile d’avoir des certitudes. Nous savons qu’il est tard. Mais nous ne savons pas s’il est trop tard."

  • COP21

Inertie et contradictions dans les politiques menacent la mise en oeuvre de la COP21

  • Agir

Day-by-day, la bonne adresse pour réduire les déchets, un magasin sans emballage.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Cisticole : Habillage visuel © GsiLL sous Licence GPL